Comprendre l’origine psycho-affective de ses problèmes de peaux et comment l’hypnose aide à les soigner

« Je suis mal dans ma peau », « je suis à fleur de peau », et bien d’autres expressions encore révèlent bien la relation de notre peau face à nos émotions.
Organe sensoriel, elle est sensible au stress, à la fatigue, aux émotions… La peau, le système nerveux et le cerveau communiquent et dialoguent en permanence.
La peau reçoit, la peau transmet. La peau vibre et la peau vit.
Alors ne serait-il pas tout à fait logique que l’on puisse influencer nos problèmes de peaux par l’hypnose, qui aide justement à réguler nos émotions?!

D’un point de vue physiologique, le système nerveux, coordonné par le cerveau, impacte les grandes fonctions cutanées et génère, en cas de dysfonctionnement, certaines maladies de peau.
Le système nerveux impacte par exemple l’immunité cutanée, la capacité de réparation, la sécrétion de sébum, la croissance pilaire. Il module la cicatrisation et l’inflammation présente dans de nombreuses maladies de peau comme l’eczéma, le psoriasis, la pelade, l’herpès, la dermite séborrhéique et l’acné.
Le stress, quant à lui, représente un mécanisme perturbateur majeur dans l’évolution de nombreuses dermatoses. Car, même s’il n’est pas toujours à l’origine du problème de peau, il l’influence et l’aggrave de façon significative. Le stress a également un impact sur les fonctions immunitaires de la peau de nombreuses dermatoses comme l’eczéma, le psoriasis, l’acné. Il est un facteur aggravant de l’évolution de celles-ci.

D’un point de vue psychologique, la peau est une enveloppe qui joue un rôle structurant majeur dans notre rapport à nous-mêmes et au monde.
La peau structure la perception en délimitant l’espace entre soi et les autres. Elle génère des sensations qui permettent de décrypter, construire et d’organiser la perception du monde environnant.
La peau est donc à la fois une frontière entre soi et les autres, et en même temps une ouverture.
C’est notre peau qui délimite notre corps et donc notre être dans son individualité. Elle est un contenant essentiel qui nous donne une conscience de nous-mêmes.

« Ce qu’il y a de plus profond dans l’homme, c’est la peau » écrivait Paul Valéry.

Auteur du livre La Peau et ses états d’âme (Hachette Littérature), la dermatologue-psychiatre-psychanaliste Danièle Pomey-Rey va jusqu’à affirmer que 80% des affections de la peau ont une origine psychologique -les 20% restants se rapportant aux maladies infectieuses.

La peau reçoit, la peau transmet. La peau vibre et la peau vit. La peau reflète nos émotions. C’est ce dont est convaincu le psychanalyste Didier Anzieu, qui a écrit “Le Moi-Peau” en 1974, date à laquelle la psychanalyse a commencé à s’associer à la dermatologie. Sa thèse : notre personnalité se façonne d’abord par une prise de conscience de notre peau, de cette limite dans l’espace de notre identité. En effet, l’image que nous avons de nous-même prend forme – au sens concret du terme – lors des communications peau contre peau entre le bébé et sa maman : c’est ce fameux « moi-peau », une étape du développement qui va permettre à l’enfant d’accéder à d’autres stades de son évolution psychique, puis à la sexualité.
Ensuite, tout au long de la vie, la peau continuera de refléter les hauts et les bas de notre vie intérieure : le visage rougira sous l’effet de la colère, pâlira sous celui de la peur, le bonheur se lira sur un visage éclatant, alors qu’un teint toujours gris laissera présager un état dépressif.

Les dimensions psychologique, émotionnelle et affective en lien avec les maladies de la peau, surtout si elles sont chroniques doivent être entendues à trois niveaux :
(Pouvant parfois se croiser, donc se renforcer respectivement)
1 – La souffrance psychologique peut être provoquée par les manifestations cutanées proprement dites.
2 – Le vécu de son problème de peau, la souffrance psycho-affective qu’elle génère sont aussi conditionnés par le contexte psychologique de chacun, l’estime que l’on a de nous-mêmes, la fiabilité / stabilité de notre sentiment de sécurité intérieure.
3 – Parfois, enfin, les manifestations et maladies de la peau sont le reflet et l’expression d’affects douloureux inconscients que l’on n’a pas exprimé par des mots.

La peau est un organe émotionnel, sensoriel, nerveux et l’hypnose agit sur l’émotionnel, le sensoriel et le nerveux.
La peau relie à l’inconscient et l’hypnose cherche à relier l’inconscient.
= Prenons donc la peau comme média pour atteindre ces dimensions.

A travers un suivi thérapeutique, découvrez ce que votre peau dit de vous
en identifiant votre profil psycho-affectif dominant. Celui-ci vous éclairera sur le rapport symbolique et émotionnel inconscient que vous entretenez avec elle.

Une fois votre profil identifié, dans une approche holistique, les mots de l’hypnothérapeute, la musicalité de sa voix, le langage métaphorique et symbolique que j’emploie ont alors pour objectif de toucher afin :
D’Apaiser, Cicatriser, Faire Respirer, Protéger, Envelopper, Contenir l’enveloppe Psychoaffective.

L’hypnose a une action psycho-sensorielle et émotionnelle sur la peau :
Elle actionne des mécanismes de sensorialité : elle touche au cœur de l’affect, du moi.

Lorsqu’il y a un problème, ou une manifestation cutanée : eczéma, psoriasis, boutons/acné, attitude d’auto-agression, les séances aident concrètement à:
• Agir sur le terrain émotionnel et nerveux : le stress qui exacerbe, réveille ou est à l’origine du problème cutané.
• Travailler sur les racines émotionnelles de la problématique afin d’en améliorer les effets.
• Soulager, libérer de certaines problématiques cutanées.
• Rompre avec les attitudes et rituels d’auto-agression, les diminuer.
• L’hypnose permet de soulager physiquement et /ou psychiquement les patients ayant des manifestations cutanées réelles ou fantasmées qui traduisent une problématique psycho-affective profonde.

Et rétablir une confiance en soi !

Alors n’hésitez plus, et contactez moi!

+41 78 634 2611

Lundi-vendredi: 08h00 - 20h00
Samedi: 08h00 - 17h00
Dimanche: sur rendez-vous

© 2021 Margaux Houzé.