Comment identifier et transformer vos croyances limitantes?

« Que vous pensiez pouvoir accomplir une tâche ou ne pas pouvoir l’accomplir, dans les deux cas vous avez raison ». Cette citation d’Henri Ford illustre bien la puissance des deux types de croyances qui dirigent la vie de chacun et l’importance qu’il y a de choisir la manière de penser la plus favorable à l’atteinte de ses objectifs.

Nous vivons dans un contexte qui demande particulièrement de garder son optimisme, son énergie, sa créativité et son courage!
Tapies dans l’ombre de notre cerveau, les croyances limitantes font partie des freins quotidiens qui empêchent d’entreprendre de nouvelles choses, de se lancer voire parfois même de rêver. Et c’est ce pourquoi aujourd’hui, vous prenez le temps de lire cet article et de vous exercer ! A vos cahiers…

Quel que soit le domaine, professionnel ou personnel, les croyances limitantes nous enferment dans une zone de confort dont on n’a pas vraiment envie de sortir. Pourquoi tenter de changer les choses ou d’oser, si c’est pour échouer à coup sûr ? Les croyances limitantes agissent comme des freins qui entravent la capacité à agir, à résoudre les problèmes et à surmonter les obstacles.

Les croyances aidantes, au contraire mobilisent les ressources : elles sont dynamisantes, elles permettent de s’adapter aux circonstances difficiles, nourrissent l’estime de soi et sont propices au développement de relations gratifiantes. Ce type de croyances favorise le succès.

La première source des croyances, c’est l’environnement. C’est là que les cycles de la réussite qui engendre la réussite et de l’échec qui engendre l’échec se déroulent de façon absolument ininterrompue.
La plupart des croyances profondes sont acquises dans l’enfance, véhiculées par la famille, l’école… L’enfant apprend par l’exemple et puise ses modèles là où il grandit. Dans les toutes premières années de sa vie, il accepte et intègre tout ce que ses parents et ses proches lui transmettent. Il hérite de leurs croyances à propos de tout. Une affirmation est d’autant plus vraie pour lui, qu’elle émane d’une personne qui est importante et crédible à ses yeux. D’autres croyances sont façonnées par le milieu social, la culture, les conditions de vie.

L’environnement est parfois le principal élément générateur de croyances mais ce n’est pas le seul. Mais il existe d’autres expériences, d’autres moyens d’apprendre qui peuvent être aussi producteurs de croyances. Enfin, tout au long de la vie, des croyances se forment lorsque certaines expériences se répètent ou sont particulièrement marquantes sur le plan émotionnel.

Heureusement, nos croyances existent à un moment précis mais ne sont pas immuables!
Chacune des déclarations que vous faites est datée et liée au moment où vous la prononcez. Elle n’a pas une portée universelle. Elle n’est vraie que pour une certaine personne, à un moment donné, elle est sujette à changement. Il est indispensable de comprendre que les systèmes de croyances ne sont plus immuables que la longueur de vos cheveux, que votre gout pour tel air de musique, que la qualité de vos relations avec telle personne.
La PNL (programmation neuro-linguistique) classe les dites croyances en trois catégories : celles relatives au désespoir; « je ne peux pas tomber amoureux, car je vais souffrir », d’autres relatives à l’impuissance; « il est trop tard pour poursuivre mes rêves » et enfin les troisièmes qui relèvent de la dévalorisation; « je suis trop nulle ».

Première étape: Commencer par les IDENTIFIER.
La première étape pour briser ce cercle vicieux consiste donc à prendre conscience d’une croyance limitante.
Quelles sont les grandes croyances que vous avez sur ce que vous êtes et sur ce dont vous êtes capables?
Commencez par inscrire en quelques mots les 5 croyances qui vous ont limité dans le passé.
1………………………………………………………………………………………………………………………..
2………………………………………………………………………………………………………………………..
3………………………………………………………………………………………………………………………..
4………………………………………………………………………………………………………………………..
5………………………………………………………………………………………………………………………..

Travailler sur ses croyances limitantes n’est pas chose aisée, surtout si elles sont inconscientes. De plus, les croyances profondes ont souvent un bénéfice caché, ou sont liées à une valeur essentielle sous-jacente, ce qui augmente la résistance à les changer. Il est donc parfois utile de se faire accompagner par un spécialiste.


Deuxième étape: VOUS FOCALISER SUR LES CROYANCES POSITIVES

Transformer les maintenant en 5 croyances positives qui peuvent vous aider à atteindre vos objectifs suprêmes.
1……………………………………………………………………………………………………………………….
2……………………………………………………………………………………………………………………….
3……………………………………………………………………………………………………………………….
4……………………………………………………………………………………………………………………….
5……………………………………………………………………………………………………………………….

Imprégnez vous de ces croyances positives, répétez les plusieurs fois par jour, enregistrez les même si cela vous aide!

Chaque fois qu’une pensée du type « c’est toujours sur moi que ça tombe », ou « les autres font mieux que moi » arrive, remplaçons-la par son contraire positif. De cette façon nous parvenons peu à peu à penser le monde différemment et à nous accéder le droit de réussir.

Cet exercice demande du temps et la répétition est essentielle. Une croyance profonde étant durable et tenace, il est nécessaire de la ramollir à chaque fois que l’occasion se présente, tout en posant régulièrement des actions afin de renforcer sa conviction dans sa nouvelle croyance.

Pour ancrer ces croyances encore plus profondément, chercher des exemples inspirants pour trouver une (ou des) raison(s) d’y croire.
Visualisez des souvenirs existants de réussite, ou si vous n’en trouvez pas, créer les.
Le cerveau ne fait pas de différence entre le réel et l’imaginaire, alors qu’elles existent ou qu’elles soient crées par votre esprit, vous envoyez des signaux positifs à votre cerveau!

Troisième étape: VOUS LANCER!
Pour véritablement éliminer les croyances limitantes, il faut sortir de sa zone de confort et passer à l’action.
Il faut en sortir, oser passer à l’action et vous verrez toutes les possibilités qui s’offrent à vous.
Au moment de passer à l’action, ton Ego risque de faire son apparition. En effet, lui ne souhaite pas que tu opères des changements. Tu vas donc peut-être ressentir une sorte de résistance interne entre ce que tu essaies d’éliminer et ce que tu veux entretenir. 

Si tu ne réussis pas tout de suite, comme l’a si bien dit Einstein: “l’échec ne signifie pas que tu es un échec, ça signifie seulement que tu n’as pas encore réussi.”
FAKE IT UNTIL YOU MAKE IT
L’important, c’est de ne pas se complaire dans l’inaction en jouant à la victime. Il faut tenter d’avancer vers notre objectif et être fiers de nos avancées, peu importe le résultat.

N’oublie pas de noter chaque petite action en direction de ton but.
Tes limites sont probablement beaucoup plus loin que ce que tu crois, alors mets-toi à l’épreuve et tu seras agréablement surpris!   

+41 78 634 2611

Lundi-vendredi: 08h00 - 20h00
Samedi: 08h00 - 17h00
Dimanche: sur rendez-vous

© 2021 Margaux Houzé.